Partagez | 
 

 Sick Boy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sick Boy

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 491
Points Compétences : 4


Identité
Métier: Dealer
Âge: 29
ID :

MessageSujet: Sick Boy    Dim 16 Jan - 15:21

Votre personnage


- État Civil -




©Crédits
– Nom : McFarrow
– Prénom : Logan
– Âge : 29 ans
– Date de Naissance : 23 mars 2046
– Études et/ou Métier : Niveau étude, il n'est guère allé plus loin que le lycée dans son pays d'origine. Il a ensuite enchainé les petits boulots mais a vite trouvé sa voie : dealer de drogue. Actuellement, il fait partie d'un réseau mafieux mais ambitionne de devenir indépendant.
– Titre/Statut social : C'est un immigré clandestin. Il n'est pas recensé dans les dossiers de l'état et tient à ce que ça dure. Il vit de la revente de drogue donc autant dire qu'il vit très bien.
– Particularité(s) : Il a un léger accent qui ressemble à l'accent britannique de notre univers.
– Avez-vous une fausse identité ? Si oui, laquelle ? Personne (en tout cas dans l'Empire) ne connait son vrai nom. Avant même de passer la frontière, il avait choisi de renier ses origines et d'utiliser un pseudonyme : Sick Boy.

- Quelques détails essentiels -

– Vos idéaux : N’étant pas Linéen de sang, Sick Boy ne prend pas part au conflit mais s’il fallait choisir il se rangerait plutôt du côté des rebelles. Il fréquente le même milieu que les résistants et certains de ses amis sont considérés comme terroristes mais on ne le verra jamais aller posé de bombe pour autant. Il accepte de donner certains coup de main (trouver des armes, cacher des gens…) mais jamais gratuitement. Et même si c’est bien payé, il n’a aucun intérêt à aller dénoncer qui que ce soit au gouvernement. Avec son statut d’immigré clandestin doublé de dealer de produits illicites, il préfère rester discret et éviter les autorités.

– Votre capacité : Sick Boy possède un pouvoir de régénération (le auto heal, comme il s’amuse à l’appeler). Il peut donc absorber toutes les drogues qui lui font envie sans avoir peur de la dépendance ni des lésions potentielles sur son organisme, puisque ce dernier absorbe et détruit tout ce qui peux lui être nocif. C’est un pouvoir passif, et Sick Boy en use et en abuse. Il s’autorise tout les excès et compte sur son corps pour se soigner tout seul. Cela demande néanmoins de l’énergie et implique de dormir et de manger énormément. Un détail pas vraiment embêtant pour le dealer qui adore manger et dormir !
Ce pouvoir est très pratique mais il a d’autres limites. Si un membre est coupé, le moignon se forme vite mais la partie amputée de repousse pas. De même, il ne rend pas immortel. Sick Boy peut très bien mourir noyé, pendu, ou d’une balle dans la tête.

– Votre physique : Il mesure un peu plus d’1m85. Il est large d’épaule et possède une carrure assez impressionnante. Même s’il n’a pas l’air méchant comme ça, le quidam doté d’un minimum de conscience se doute qu’il vaut mieux éviter de lui chercher des crosses. Il a des cheveux noirs coupés courts un peu en bataille, les yeux marrons souvent cernés ou rougis, une mâchoire forte un menton un peu carré, des joues creuses. Ses lèvres sont fines et pratiquement toujours orné d’un sourire, charmeur, vendeur, parfois idiot. Il a les dents et les doigts un peu jaunes à cause de la cigarette mais c’est un prix à payer. Il est pratiquement tout le temps habillé en noir, avec un look un peu punk, vestige d’une adolescence qu’il ne s’est jamais résolu à quitter. Il a une allure nonchalante et décontractée. Les mains dans les poches sans être avachis, on a du mal à croire que cet homme pollue autant ses vaisseaux sanguins avec la drogue.

– Votre caractère : Il ne s'énerve pratiquement jamais et fait très rarement appel à la violence, sauf en cas de force majeure. Il préfère le discours à la baston. D'un naturel calme et sociable, il est doux et protecteur avec ceux qu'il apprécie. Plutôt tactile, il aime les contacts physiques, les caresses, les mains sur l’épaule, mais ça fait crier les filles jalouses et les hommes qui n’aiment pas se faire tripoter. Sick Boy est conscient de son charisme et préfère mettre tout le monde dans sa poche plutôt que de se faire des ennemis, quitte à être hypocrite.
Il est de bonne compagnie, toujours prêt à faire la fête, souvent jusqu’à l’excès.
C’est un vendeur dans l’âme, avec ses qualités mais aussi ses défauts. Il sait bien parler (il parle beaucoup d’ailleurs), il serait capable de vendre des actions chez McDo à des végétariens et surtout, il aime l’argent.
Il est toujours jovial et souriant et certains pourrait pensé qu'il est un peu con. Ces personnes se trompent. Sick Boy montre une façade pour que le client ne se méfie pas, qu'il pense que c'est lui qui mène la danse et qui pose les conditions. Mais il n'en est rien. Si on regarde un peu le passée de notre dealer, on se doute bien que quelqu'un qui a réussi à se faire une place dans un milieu aussi dangereux que la drogue et de la mafia ne peut pas être un crétin fini.

Il aime : la bière, le vieux whisky, la vodka glacée, le metal indus, l'electro, les kebabs, la foule, les concerts, les tatouages, fumer des joints avec un café, se faire un fix avant d'aller se coucher, les space cakes, les patisseries même sans cannabis dedans, le cinema d'horreur, les sports de combats, l'odeur des cheveux des filles...

Il n'aime pas : le mauvais shit, la dope coupée, qu'on l'arnaque, qu'on lui refuse un verre, la solitude, le silence, le bruit du réveil...

– Votre histoire : Né en 2043 en Lomondie (grosse île assez riche au nord de l'Empire) de parents aristocrates, Logan a grandi dans un milieu plus qu'aisé. Dans sa petite enfance, il côtoyait peu ses parents. Il était élevé par une nourrice avec qui il a fini par tisser un lien encore plus fort qu'avec sa propre mère. Ses parents avait fondé de grands espoirs sur leur fils unique et l'avait inscrit dans une école privée très stricte. Le garçon était cependant très rêveur et n'écoutait rien en classe, ce qui lui valu bon nombre de punition et de coups de baguette sur les doigts. Cette méthode ne fut pas efficace du tout. Au contraire, l'enfant se montra particulièrement indifférant aux sévices corporels et plus on le punissait, plus il se montrait insolent et dissipé. Les professeurs avait remarqué que Logan était un garçon très intelligent mais qu'il ne supportait aucune autorité. Malgré toutes les méthodes éducatives du monde, de la plus douce à la plus sévère, Logan s'avéra être un cancre indécrottable. Mise à part les heures de classes longues et ennuyeuses, les instants récréation et les week end était des plus agréables. Très sociable, l'enfant avait beaucoup d'ami et son côté "rebelle-je-répond-à-la-maitresse" avait susciter l'admiration auprès de ses camarades.

Devenu adolescent, il voulu pimenter un peu sa vie et testa la drogues pour la première fois. Il apprécia ses premiers pétards et ses premières bières avec ses amis derrières la bahut. Tout ce qu'il y a de plus classique. Et bien que les adultes martelaient le crâne des ados comme quoi la drogue dure c'est le maaal, la curiosité de Logan l'emporta et il testa également les amphétamines. Après les prises, sa vie lui paraissait tellement ennuyeuse qu'il finit par prendre goût aux petits cachets colorés. Il était également assez casse-cou et s'amusant avec ses amis dans les terrains vagues à faire des courses dans des caddies de supermarché ou improviser du saut à l'élastique sans élastique. C'est pendant cette période qu'il remarqua sa différence. Chaque blessures disparaissait en quelques minutes. Il comprit vite qu'il faisait partie des Draiochtans... et trouva cela super génial ! Il préféra cependant garder cela pour lui. A l'époque, les Draiochtans n'étaient pas trop persecutés, mais les gens s'en méfiant préféraient les garder à l'écart. Une fois qu'il eut compris et maitriser les limites de son pouvoirs, il devint encore plus casse-cou et fit de plus en plus d'excès dans la drogue et l'alcool. Son comportement extrême suscitait l'admiration auprès de ses amis qui le traitait souvent de malade. "You're a sick boy" disait les filles dans sa langues. Sick Boy. Il en fit son pseudonyme.
Très éloquent, il réussit à convaincre ses amis de l'accompagner dans ses trips et commença à devenir revendeur pour tout son lycée. Tester, trouver un client, convaincre, revendre, gagner de l'argent...le jeune homme eut l'impression d'avoir trouvé sa voie et se demanda pourquoi il perdait encore son temps au lycée. A l'âge de 17 ans, il dit au revoir à ses amis, à sa/ses petite(s) copine(s) et fugua sans même laisser un mot à ses parents qui de toutes façons s'était décider à le renier depuis longtemps.

Avec ses quelques économies, il prit le train jusqu'à la ville côtière, là où les trafics en tout genre se font, et s'installa dans un appartement miteux. Il se fit engager comme dockers sur le port. A force de passer ses journées à charger et décharger de lourde marchandise, il se sculpta une carrure de colosse qui entretient d'ailleurs toujours. En deux ans, il gagna la confiance des autres dockers et réussit à convaincre certains trafiquants de lui refiler un peu de produit pour pas grand chose. En coupant sa came et en la revendant correctement, il réussit à se faire une petite place dans le milieu et abandonna bientôt son boulot pour devenir dealer à plein temps. Cependant, ce nouveau dealer d'à peine 20 ans, tout souriant et avenant, qui maitrisait si bien l'art de la parole, se fit rapidement connaitre et fit bientôt de l'ombre aux revendeurs du coin. Une nuit, alors que Logan était seul sur le port, trois hommes style gorilles sans cervelle l'abordèrent et lui expliquèrent qu'il aurait de gros ennuis si jamais il ne cessait pas son commerce. Logan leur répondit avec un sourire provocateur et un majeur levé...ce qui eut pour effet de déclencher les ennuis susnommés. S'ensuivit une violente bagarre. Évidemment, à trois contre un, notre Logan termina gisant sur le sol, le visage en sang, avec certainement quelques côtes brisées. Les trois gorilles s'en sortir des yeux aux beurre noir, quelques dents en moins et un nez cassé, hé oui, on ne se frotte pas à un docker sans risque. Le dealer resta la tête contre le bitume à baigner dans son sang pendant environ une demi heure, le temps que son pouvoir termine son office. Une fois ses plaies refermé et ses os à peu près recalcifiés, il se releva, se débarbouilla un peu et rentra chez lui en se jurant d'apprendre la boxe ou un autre art martial, histoire d'avoir un style de combat un peu moins anarchique la prochaine fois.
Le lendemain, alors que les gorilles avaient gardés des stigmates de l'incident de la veille, Logan fut aperçu trainant sur le port, parfaitement frais, sans une seule contusion, complétement remis de la bagarre après une bonne nuit de sommeil. Tout portait à croire que c'était lui qui avait rétamé la gueule aux trois gaillards et pas l'inverse comme lesdits gaillards osaient le prétendre. Après cette épisode, plus personne ne vint chercher des crosses au dealer, et il récupéra même encore plus de clients. Il venait de montrer qu'il n'était pas n'importe qui malgré son jeune âge. Sa réputation grandissante dans le milieu underground de la ville côtière, le dealer étendit son réseaux aux bars et aux boites de nuits. Un soir, alors qu'il refilait sa dope dans un grand bar, le patron demanda à venir lui parler en privé. Il s'avéra que le patron en question était aussi le plus gros revendeur du coin ainsi qu'un influent chef mafieux de la région, et qu'il n'appréciait pas trop qu'un jeune blanc bec vienne lui piqué ses clients dans son propres établissement. Ah ? il avait pourtant pensé être discret... Une chance pour le dealer, monsieur le mafioso avait entendu parlé de ses exploits quelques mois plus tôt. Le pétage de gueule de gorilles. Et il était impressionné, Logan avait montré qu'il en avait dans le pantalon. L'homme lui proposa de travailler pour lui et Logan entra dans la grande famille de la mafia de la ville côtière.

Peu prudent, Logan ne cachait sa consommation, à personne. Si bien qu'il se fit à nouveau traiter de grand malade. Le surnom Sick Boy redevint d'actualité pendant cette période. La vie était tranquille pour lui, il vivait dans un luxe tout relatif. Le luxe des cousins en velours rouges des bordels et des boites de strip tease. Pour être constamment au meilleur de sa forme, il prenait de la cocaïne en permanence. Surement grâce à son pouvoir, il ne sombra cependant pas dans la dépendance, et avait toujours su garder une consommation "raisonnable" (enfin, raisonnable pour quelqu'un qui consommait depuis si longtemps). Même si la plupart des gens trouveraient l'univers de Sick Boy triste et glauque, avec ses prostitués, ses junkies, et ses parrains de la mafia; il se sentait heureux. Il était riche, puissant, toujours à faire la fête, une poulette différente chaque soir. En plus, le big boss l'avait à la bonne et entretenait une relation presque paternel avec lui. Il était plutôt efficace comme vendeur et avait toujours su mettre tout le monde dans sa poche. Il découvrit aussi que dans la grande famille de la mafia, même si les moeurs en ce qui concerne le sexe et la drogue sont plutôt légère, on ne plaisante pas avec les valeurs comme la patriotisme, les traditions ou la religion. Ainsi, les membres les plus influents étaient pieux et ne toléraient pas le blasphème, ce qui encouragea Sick Boy à rester discret sur son statut de Draiochtan. Car, si officiellement les gens comme lui étaient tolérés, beaucoup de fervents croyants avaient fini par adhérer aux idées des intégristes de Linéa.

La vie poursuivit ainsi son cours pendant 4 ans. Sick Boy avait 25 ans lorsque tout tourna au vinaigre.

En plus de posséder des bars et de vendre de la drogue, le réseau des docks organisait aussi des combats libres dans des caves. A la manière des combats de MMA, il y avait cependant quelques règles : on se bat sans chemise, sans chaussure, pas de coups dans les parties, à la gorge ou aux yeux, pas le droit de mordre et, évidemment, contrôler les étranglements. C'était souvent toujours les même candidats qui participaient à ces combats, et le public faisait des paris. Encore une manière de gagner de l'argent facilement... Sick Boy ne participait jamais à ces combats de peur que son pouvoir se révèle devant tout le monde. Il s'entrainait régulièrement avec les gars, histoire d'apprendre à se battre correctement. Son refus de participer aux matchs en étonna plus d'un, si bien qu'un soir, la foule l'encourageant et son patron ayant fièrement parié sur lui, il monta à contrecoeur sur le ring. Personne ne pouvait pensé que Sick Boy, grand gaillard qu'il était, si charismatique et si assidu à l'entrainement pouvait avoir peur de combattre devant tout le monde. La timidité ? Pensez donc, ça ne lui ressemblait pas ! La peur de perdre ? Oh allez Sicky ! Tu vas pas nous la faire à nous !
Le combat commença. Le stratégie de Sick Boy consistait à frapper le premier, assez fort pour que son adversaire soit KO en un coup. Sauf que le type en face était rapide et esquiva le coup du dealer avant de lui envoyer son poing dans la figure. Peu rapide à cause de sa carrure, Sick Boy avait l'habitude de bloquer les coups ou de les encaisser plutôt que d'esquiver. Il fallait donc que ce combat se termine le plus vite possible avant que l'assemblée ne remarque que les contusions du dealer n'était visible que pendant une minute après l'impact. Passez ce délais, c'était déjà guéri...heureusement que le sang ça tache, ça cache un peu le processus... Sick Boy touchait peu son concurrent, mais quand il le touchait, ce dernier était bien sonné... Le combat dura longtemps, si bien que l'adversaire s'épuisa alors que le dealer était toujours en forme. Il ne contrôlait pas son pouvoir, il aurait bien aimé pouvoir laisser le sang couler et les bleus marquer son visage, histoire de rester discret sur ses talents, mais c'était peine perdu. Décidé d'arrêter ce combat rapidement, Sick Boy usa d'une méthode qu'il n'aimait pas trop : amener l'adversaire au sol, l'immobiliser avec une clé de bras, et essayer de caser un étranglement. Ce qu'il fit. La cloche sonna au moment où l'homme étranglé commença à devenir violet. Notre Sicky desserra son étreinte, se releva et quittant le ring aussitôt, ne prenant même pas le temps de savourer sa victoire sous les acclamations du public. Il se fraya un chemin dans la foule et se précipita dans le couloir sans même prendre le temps de récupérer ses chaussures et ses vêtements. Il est vite rattraper par monsieur Big Boss qui l'invite a venir fêter sa victoire avec les gains du paris. Et comme on ne snob pas le Big Boss, le dealer se sentit obligé de s'arrêter et de découvrir son visage, certes un peu tâché par le sang coagulé mais nullement tuméfiés, sans égratignure ni boursouflures. Rien. Le sourire du patron s'effaça lentement et un silence s'installa. Sick Boy soutenait le regard de son patron sans sourciller, inexpressif, respirant fortement, essoufflé par son combat. Il finit par briser le silence et dit d'une voix neutre : "En fait Boss, j'aimerais plutôt allez me reposer un peu...". Big boss, l'air pensif, détourna les yeux, ouvrit la bouche sans en sortir une parole, la referma et fit signe au dealer qu'il pouvait y aller. Sick Boy ne se fit pas prié et partit sur le champ.

Sick Boy se sentit alors réellement en danger pour la première fois de sa vie insouciante. Sans perdre plus de temps, il retourna chez lui et ramassa ses affaires ainsi qu'un maximum d'argent liquide. Il avala plusieurs cachets pour tenir le coup, et s'enfuit sans laisser de trace. Si ça se trouve, il aurait put s'arranger avec son patron. Si ça se trouve, il n'avait pas fait le lien entre lui et les draiochtan. Quoique l'épisode de ce soir expliquait pourquoi Sick Boy était toujours en si bonne forme avec tout ce qui passait dans son sang. Il ne préférait prendre aucun risque et, il fallait l'avouer, paniquait un peu. Pourtant ça ne lui ressemblait pas. Le dealer marcha à grand pas jusqu'au port, un grand sac sur le dos et monta dans le bateau d'une compagnie qu'il connaissait bien puisqu'il y avait travaillé il y a quelques années en tant que dockers. C'était un cargo de commerce entre Linéa et la Lomondie. Changer de pays, changer de vie, sans laisser de trace. Tout abandonner derrière lui jusqu'à son nom. Dorénavant, Logan McFarrow était mort, Sick Boy ça fera parfaitement l'affaire.

Caché dans la cale, aidé par l'équipage qu'il côtoyait depuis longtemps, il passa la frontière sans problème, ignorant qu'être un draiochtan à Linéa était bien plus dangereux qu'en Lomondie. Afin de s'éloigner des côtés ou il serait facilement retrouvé, il s'enfonça dans le pays jusqu'à Carkepolis, la capitale. Heureusement pour lui, avec tout l'argent qu'il avait emmener, le périple ne fut pas si pénible. Le seul gros soucis, c'était la langue qu'il ne parlait pas. Sick Boy resta donc quasi muet pendant plusieurs mois et cela l'agaçait profondément. C'est dans ces moments là que la drogue devient utile : ça aide à tenir le coup. De plus, devoir se cacher constamment permet de rentrer dans des milieux que certains considéreraient comme peu fréquentables...mais que Sicky connaissait bien ! Son expérience lui permis d'entrer dans la mafia Linéenne, où il se contenta des rôles de sous fifres revendeur de shit ou casseur de gueule pour éviter de trop se faire remarqué. La situation pour les draiochtan étant encore pire dans l'empire, il préférait ne pas revivre la même mésaventure qu'en Lomondie. Le gouvernement étant très a cheval sur la sécurité, les hors-la-loi se devaient de redoubler de discrétion pour continuer leur commerce, ce que Sick Boy apprécia. En un an, son mutisme laissa place petit à petit à un Linéen un peu approximatif mais tout à fait compréhensible, et les grands chefs remarquèrent que celui qu'il prenaient pour un crétin muet n'était pas si crétin. Il se vit attribuer des boulots plus difficile mais mieux payés. Il évolua de la même manière qu'il était monté en grade dans son pays d'origine mais cette fois, avec moins de fanfaronnades. Il était également moins proches des patrons, préférant garder une certaine distance pour pouvoir peut être prendre un jour son indépendance. Voici maintenant 4 ans que Sick Boy est à Carkepolis. Il parle un Linéen tout à fait correct mais avec un petit accent quand même. Il vit dans un appartement plutôt spacieux dans les quartiers gris de la capitale et fréquente régulièrement le Devil's sin ou il fait la fête comme au bon vieux temps. Pas patriotique pour deux sous, il ne regrette pas vraiment son pays. A Carkepolis, les draiochtan, aidé des résistants, sont solidaires entre eux, et le dealer apprécie cette nouvelle "famille". Il a su s'installer et s'intégrer (du moins dans les milieux underground) dans ce pays et ne compte pas le quitter tant qu'il n'y aura pas de réels dangers.

– Et la religion, dans tout ça ? La Lomondie est un pays à tradition deiduxiste. La religion n'est pas aussi présente qu'à Linéa mais la majorité des habitants sont croyants. On ne croit cependant pas à la prophétie des Draiochtans. On a également plutôt tendance à louer, parmi les cinq divinités, celle qui nous plaisent, quitte à délaisser les autres. Quand il était enfant, Sick Boy croyait aux dieux comme on croit au père noël. Il les priait de temps en temps, mais jamais de manière désintéressé. Il priait un p'tit coup Augustin avant d'aller jouer à la bagarre et Sophine avant un contrôle en espérant qu'elle lui insufflerait le savoir sans qu'il ai à passer par les révisions. Pour lui, il fallait flatter les dieux lorsqu'on voulait obtenir quelque chose. En grandissant, il délaissa cette religion qu'il trouvait hypocrite et ingrate (ses prières n'ayant évidement pas toujours été entendues), et cessa de croire et de pratiquer par "paresse". Il est cependant tout à fait instruit en ce qui concerne l'histoire et les traditions déiduxistes. Pour la blague, il aime à dire qu'il prie Sylvin tous le jours pour le remercier d'avoir créé le pavot et le cannabis. Il a même une petite icône du dieu au pied de ses propres plantations.

Hors-Jeu


– Avatar choisi pour le personnage : Dessin de mon cru inspiré du personnage de Fullmetal Alchemist : Greed. L'image de la fiche est tirée de la gallerie Deviantart de Garotoslipknot
– Comment avez-vous connu le forum ? Je fais partie des vieux de la vielle, moâ madame !
– Vous avez sans doute lu le règlement. Quel est le mot-code ? Edit Admin OK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.framboizerotik.canalblog.com
Revolution

Créateur de toutes choses
Créateur de toutes choses
avatar


Nombre de messages : 254
Points Compétences : 34


Identité
Métier: Dieu Tout-Puissant
Âge: Éternel
ID :

MessageSujet: Re: Sick Boy    Mer 16 Mar - 9:39

Compétences de Sick Boy


Commerce
Langues - Lomondien/Linéen
Connaissance des drogues
Résistance au poison
Combat de rue
Poker Face - capacité à mentir et à bluffer

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.twilight-children.net
 

Sick Boy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» I'm so sick of that same old shit (solo)
» Ma nouvelle montre, elle est sick :D
» Blame it on my own sick pride (+) Sofia
» Why do I suffer ? I'm sick of suffering
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Children :: Avant-Propos :: Les Présentations des Personnages :: Présentations Validées-
Sauter vers: