Partagez | 
 

 Passe la monnaie [Marl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Marl Kinshan

Anti-Ségrégation
Anti-Ségrégation
avatar


Nombre de messages : 69
Points Compétences : 39


Identité
Métier: Vendeur en informatique.
Âge: 31 ans
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Dim 29 Mai - 17:01

Voilà que Marl se retrouve à un adversaire décidé à l'éliminer, et probablement pour toujours. Les gris sont comme ça, ils ne font pas dans la demi-mesure. Prison ou mort. Pas d'entre deux, du moins c'est ce qu'ils voudraient. Celui-ci a choisi la deuxième solution. Et même s'ils se retrouvent accusés, ils n'auront rien. C'est toujours comme ça. Un gris qui commet une bavure n'est pas inquiété, même s'il tue. Mais si c'est un pauvre qui vole une pomme: prison.

Marl ne peut se laisser tuer sans rien faire. Il est certes battu, mais visiblement il peut encore s'occuper de son adversaire, puisqu'il n'y a plus de canon sur sa nuque. Il est blessé, pas en très bon état, mais il peut encore se battre. Pour l'instant. Il va lui falloir faire vite. Il est plus sur la défensive que sur l'attaque, bien que quelques de ses coups touchent, mais pas assez violemment pour inquiéter le gris. Il va de toute manière devoir baisser sa garde pour faire ce qu'il veut faire.

Le voilà donc qui arrête un peu de se défendre. les coups qu'il reçoit augmentent sa souffrance. Son nez pisse le sang, ses lèvres ont déjà un peu gonflé, et ses yeux ont pris de sale coup. Sous son masque de sang, Marl lève un poing et l'assène à tout vitesse vers la tête du gris, tout en poussant un cri où se mêlent rage et douleur.

Spoiler:
 

Marl assène son coup au gris, coup qui atteint le gris au milieu de la figure. Celui-ci recule sous la force de l'impact, et crache une gerbe de sang. Marl commence alors à enchaîner les coups, avant qu'il ne se reprenne. Tête, torse, membres, tout y passe. Des coups forts, et précis. Il frappera jusqu'à ce que mort s'ensuive. Il ne pense plus du tout à son couteau non-loin du combat, qui peut-être aurait pu lui servir à transpercer de part en part ce gris, et à en finir un, pour s'occuper à deux de l'autre. Il ne pense pas non plus à ce qu'il dira à sa femme quand il rentrera, s'il rentre. Il pense à sa survie, et à celle de Roupille, qui est quand même le pourquoi de la bagarre.


Dernière édition par Marl Kinshan le Dim 29 Mai - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revolution

Créateur de toutes choses
Créateur de toutes choses
avatar


Nombre de messages : 254
Points Compétences : 34


Identité
Métier: Dieu Tout-Puissant
Âge: Éternel
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Dim 29 Mai - 17:01

Le membre 'Marl Kinshan' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.twilight-children.net
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Mer 13 Juil - 20:18


Dans la mêlée pour le moins confuse qui s'en suit, Roupille n'a pas vraiment l'occasion de saisir les retournements de situation éventuels. Qui se fait poignarder ? Qui se fait matraquer ? Qui se fait mordre le mollet ? Qui se fait retourner un ongle en tentant d'agripper un bout de vêtement ?
Tout ça est très brouillon.

Et douloureux aussi. Très douloureux. Tout juste si la jeune fille, entre deux battements de cils fiévreux, parvient à accrocher du regard le mouvement brutal d'un poing qui s'écrase sur une tronche. Mais qui est à qui ? Une forme sombre obscurcit momentanément son champ de vision. Elle lève les deux bras pour se protéger le visage à peu près au moment où elle reçoit l'équivalent d'un coup de sabot dans l'estomac.
Redoutant de se ramasser tout le reste du bourrin dans la boutique, elle se rétracte précipitamment. Les yeux lacérés d'éclairs rouges, la langue ballotante, elle aspire une goulée d'air au goût de forge. Et enfin la réalité s'insinue.

Un des flics vient de se faire éjecter. Merde !
Enfin non, pas-merde !

Elle se dévisse la tête et capte une figure grimaçante à quelques centimètres de ses bottes. Celle du second larron. Trop tentant. Le fumier s'accroche désespérément à sa cheville comme s'il tentait de lui arracher le pied et le reste. Elle serre les dents, et de sa jambe libre, se met en devoir de lui enfoncer le visage à coups de semelles répétés.
Quelque chose craque. Des gargouillis informes succèdent aux grondements gutturaux. Elle frappe, encore, encore et ENCORE ! Encore. Oui mais voilà, encore.
Encore, jusqu'à finalement admettre qu'elle ne piétine qu'une bouillie infâme qui était il y a peu un visage.

Horrifiée, un cri aigu, une gesticulation maladroite, elle parvient à se décrocher du poulet laminé et se relève sur les coudes. Haletante. Son visage livide strié d'une balafre rougeâtre qui prend son éclosion depuis sa joue. C'est terminé. C'est terminé ? Elle n'en est pas certaine.
Premièrement, elle tente un :

- Jerh… peu convaincant.

Dans un deuxième temps, après une série de gémissements sourds et une bonne dose de volonté, elle parvient à croasser quelque chose de plus construit :

- Fais chier.

Impeccable dans la diction, et dans le style. On ne peut pas rêver mieux pour saluer son sauveur qui, dans le cas présent et vu la gueule qu'il se tape, prend des allures de rescapé d'un bombardement.
Mais tout ça se rattrape confortablement lorsqu'en troisième et dernière instance, elle ourle finalement ses lèvres tuméfiées pour un :

- Ça va ?

Un poil plus cordial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Marl Kinshan

Anti-Ségrégation
Anti-Ségrégation
avatar


Nombre de messages : 69
Points Compétences : 39


Identité
Métier: Vendeur en informatique.
Âge: 31 ans
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Mer 13 Juil - 21:47

Les coups fusent. Chacun essaye d'éliminer l'autre, progressivement. Coups de poings, de pieds, de boule, morsures, de la droite, de la gauche. Les bruits sourds des poings contre la peau, les craquements des os, les gémissements, les halètements. Marl frappe, frappe, et frappe encore. Il ne remarque plus vraiment ce qu'il y a autour, l'ivresse du combat l'emporte. Voilà qu'il arrive à éjecter son adversaire, sur lequel il se précipite aussitôt, dans le but de l'achever, sans même se douter qu'il est peut-être déjà mort.

Il frappe donc jusqu'à ce qu'il ne bouge plus du tout, jusqu'à ce qu'il n'entende rien d'autre que la respiration haletante de sa compagne d'infortune, puis ses jurons. Il remarque alors ce qu'il se passe. Les deux flics sont à terre, aucun ne bouge. Au moins un est mort, l'autre est en tout cas amoché à vie. Marl se lève, tout tremblant et endolori, le visage ensanglanté. Il passera voir sa soeur avant de rentrer.

Le "ça va?" laisse échapper un petit rire sec de la part de Marl. Ca va mieux que si il était mort, mais certainement moins bien que si rien ne s'était passé. Il se rattrape assez rapidement, en ajoutant après son rire un bref "Ouais.", suivi de:
"Bon, faut se tirer de là, avant que d'autres rappliquent."

Marl se dépêche de récupérer son couteau et son pistolet, s'assure que Roupille va bien, si l'on peut dire bien après un tel combat, et qu'elle est en état de marcher d'un bref regard, puis part par l'une des ruelles en titubant, s'écartant de la cathédrale, tout en réfléchissant sur ce qu'il vient de se passer, et sur la suite des évènements. Vu les coups que les gris ont pris, la loi n'aura aucun mal à les retrouver, ne serait-ce que par les empruntes laissées sur les corps par les deux nouveaux hors-la-loi. Il envisage de se retourner, et de planquer les corps, jusqu'à ce que des cris venant de quelques ruelles alentours le tire de ses réflexions. Pour Marl, il est trop tard pour cacher ces corps. L'heure est à la fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Jeu 14 Juil - 19:48

C'est une histoire de fou. Et les fous sont en train de remballer leurs diables dans leurs boites histoire de se faire la malle sans histoire. Ça fait un paquet d'histoires… pour pas grand-chose.
A l'origine, un simple matin. Et à la fin deux silhouettes opaques qui changent ce qu'il y avait de lumineux en ombres indécises.

L'herboriste est secouée. Elle pourrait l'admettre si elle n'était pas dévorée par l'angoisse nocturne d'une môme qui se serait égarée dans le labyrinthe de Pan. Elle sent, comme au bout des ongles, des bris de verres. Des vases en cristal qui basculent en série du bord d'étagères en pierre. Bien sûr ce sont des visions. Des hallucinations provoquées par le choc, le retour d'adrénaline et l'acidité perpétuelle qui courre dans les veines des inhabitués de l'urbain.
Pourtant tout ce gris béton, c'est censé apaiser.

Roupille retrouve ses esprits lorsqu'elle réalise qu'elle est sur le point de se retrouver seule. Elle ramène ses genoux sous le menton et se hisse péniblement en position verticale, enchaînant un mou : "Attends" tout en ramassant ses affaires éparpillées.

Le Beretta est toujours là. Luisant de son éclat froid, impitoyablement métallique et serein. Elle le ramasse au creux de sa paume et le soupèse un instant. Il faut faire vite, elle le sait. Elle sait aussi ce qui arrive à ceux qui négligent l'essentiel, ceux qui se laissent identifier par deux impériaux et pensent disparaître dans le magma de Carképolis. Elle sait ce qu'il faut faire.

Et à vrai dire, cette perspective l'enchante. Avec un rictus féroce, elle glisse un chargeur dans la crosse et arme le percuteur d'un coup sec. Le doigt sur la détente, un éclair dans la pupille et la crispation –presque involontaire- d'un muscle. Deux fois. Deux détonations sourdes qui résonnent contre les façades salies. Deux balles. Deux douilles qui s'enroulent à terre dans une écharpe de fumée acre. Elle porte son arme contre ses lèvres comme pour embrasser le canon tiède et pivote sur les talons de ses robustes godasses maculées de sang pour filer le train à son inconnu chevalier gris (au nez pété).

- Attends moi ! lance t-elle en arrivant à sa hauteur.

Il y a des cris dans les parages, les gens ne vont pas tarder à faire irruption sur la scène du crime. Roupille attrape le gars par la main et s'applique à le tirer sur le côté pour l'entraîner dans une cours d'immeuble pour le moment déserte.

- On vit dans un merdier mécanique.

Elle emmène d'autorité le gaillard sous un porche et hors d'haleine, hors de tout, s'adosse au mur dans la pénombre et lisse ses cheveux ébouriffés de sa main indemne. Secouant la tête de droite et de gauche, elle tente de chasser le mauvais rêve. Elle tente de reprendre emprise sur ses nerfs. Sur la peau rugueuse qui s'écorche à chaque respiration. Et sur les flammes de douleur qui sautillent de sa nuque à sa joue. De son poignet à son coude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Marl Kinshan

Anti-Ségrégation
Anti-Ségrégation
avatar


Nombre de messages : 69
Points Compétences : 39


Identité
Métier: Vendeur en informatique.
Âge: 31 ans
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Lun 18 Juil - 22:02

Marl se laisse entraîner sans mots dire par cette inconnue qu'il a secouru. L'adrénaline du combat en retombée, et il est secoué d'avoir tué un homme à mains nues, ça change de son habituel couteau, ou de son pistolet, deux instruments de mort qui sépare le tueur du tué, atténuant ainsi la réalité du meurtre. Et ce n'est pas comme si Marl avait passé sa vie à tuer. Que ce soit pour la police, l'armée, ou la résistance, Marl n'avait pas eu beaucoup à tuer.

Il range son couteau, et son pistolet ensuite, et les garde prêts à servir, tout en réfléchissant à l'énigmatique phrase de son alliée. Vu l'agitation qui commence à s'emparer des ruelles, leurs coups de feu ayant rameuter des renforts, (civils? force de l'ordre?) il est possible que ses armes lui soient utiles d'ici peu. Car il est peu probable que Marl puisse faire passer ses marques de coups, et son nez cassé comme des blessures attrapées à cause d'une chute dans un escalier.

Marl s'adosse à son tour contre le mur, et tente de se calmer un peu, avant de prendre vraiment garde à la douleur qui le vrille de toute part, douleur jusque là occultée en grande partie par l'adrénaline et la fièvre du combat. Des cris fusent dans les environs. De toute évidence, on a trouvé les corps, laissés dans la rue. Marl n'arrive malheureusement pas à bien distinguer si ce sont des policiers ou des civils, les battements de son propre coeur, et la douleur l'empêchant de vraiment se concentrer.

Il regarde alentours, et se dit que plutôt que de rester à l'extérieur de ce bâtiment, il vaudrait mieux entrer. Il informe Roupille de son idée, avant de la mettre en oeuvre.

Spoiler:
 

Marl essaye d'ouvrir en appuyant d'abord sur la poignée, la porte ne s'ouvre pas, c'eut été trop simple. Il continue en donnant un coup de pied, elle ne bronche quasiment pas. Marl décide alors d'enfoncer la porte via une autre manière. Il se sert donc de son épaule, qu'il envoie s'éclater durement dans un choc sourd contre la porte, qui cède, et manque quasiment de tomber. Il se masse l'épaule, tout en vérifiant qu'il ne se l'est pas démise, puis invite Roupille à entrer dans cette cachette. Puis il essaye de remettre la porte tant bien que mal. N'y arrivant que très peu, camouflant à peine que la porte est cassée, il commence à s'enfoncer dans l'immeuble de sa démarche titubante, en se tenant l'épaule, et en crachant un peu de sang par moments.


Dernière édition par Marl Kinshan le Lun 18 Juil - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revolution

Créateur de toutes choses
Créateur de toutes choses
avatar


Nombre de messages : 254
Points Compétences : 34


Identité
Métier: Dieu Tout-Puissant
Âge: Éternel
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Lun 18 Juil - 22:02

Le membre 'Marl Kinshan' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.twilight-children.net
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Jeu 21 Juil - 14:11


La porte enfoncée, le gémissement rauque et rapidement, la pénombre poussiéreuse d'un couloir carrelé. Roupille s'éponge le front sans noter que ce faisant, elle y laisse une vilaine trace de sang sombre. Sa main droite lui fait atrocement mal. Une douleur qu'elle s'efforce de gérer à raison d'un grognement à la minute.
Elle hoche la tête en passant près de son inconnu :

- Merci…

C'est un genre de merci qu'on sort lorsqu'on reçoit le sel. Mais c'est un merci global, qui englobe en gros tout ce qui a pu se passer depuis qu'ils se sont vus. Quand on est trop blessé ou trop ahuri pour bien tout comprendre, on se contente de petits mots.

Roupille détaille attentivement la série des boîtes aux lettres et finit par en dénicher une vierge : appartement inoccupé. Elle soupire de soulagement et de l'index, indique les escaliers.

- Au neuvième, on sera tranquille. Si tu peux encore jouer de l'épaule du moins…

Elle-même se sait parfaitement incapable de défoncer une porte comme ça, même si les serrures de la vieille ville ne sont pas réputées pour être les plus solides. En fait la plupart du temps, il s'agit d'un bête loquet. Mais n'empêche… Roupille pose trois doigts sur l'avant bras de l'homme blessé. Ouaip, muscles contractés et solides, y'a de la virilité là dedans.

- Je suis herboriste, lâche t-elle avec ce ton détaché qui sous-entend "entre autres choses". Je peux soigner nos blessures… enfin en partie. Mais il nous faut du calme.

Et avec un sourire étrange qui relève uniquement la moitié indemne de son visage, elle conclue :

- Quoi de mieux que de faire connaissance en léchant des plaies ?

La jeune fille n'est pas une allumeuse mais il faut bien admettre que son déhanché est un peu accentué lorsqu'elle grimpe les marches. L'adrénaline, toujours. Elle se sent féline, vive et mortifiée à la fois. En cet instant, si on le lui demandait, elle pourrait aussi bien ronronner que mordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Marl Kinshan

Anti-Ségrégation
Anti-Ségrégation
avatar


Nombre de messages : 69
Points Compétences : 39


Identité
Métier: Vendeur en informatique.
Âge: 31 ans
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Mar 27 Sep - 15:21

Il la regarde monter quelques marches, puis lui emboîte le pas, hésitant, boitant, toussant, essoufflé. Neuf étages à monter, et ce serait le salut - même si cela puiserait probablement dans les dernières forces de Marl - à la seule condition que leurs éventuels poursuivants ne décident pas de fouiller tous les bâtiments du coin, ou bien le leur s'ils voient que la porte est cassée... ou alors qu'un des résidents ne décident de sonner l'alerte, en les voyant ou en les entendant, ou même en voyant la porte abîmée. Une chance de salut dépendant de bien des choses et gens, mais une chance quand même, qu'il fallait saisir absolument.

Marl monta donc les escaliers avec un regain d'énergie à cette pensée, ce regain qui saisit n'importe qui quand il sait qu'une tâche harassante sera bientôt finie, qu'il ne reste que quelques mètres pour arriver au bout de son chemin, ou encore qu'il ne reste que quelques étages d'un immeuble de la vieille cité à monter pour se trouver en sécurité, pouvoir se poser, respirer calmement sans crainte des cris retentissants quelques rues plus loin, et sans crainte de se prendre une balle dans le dos.

Marl arriva au neuvième peu après Roupille et repéra la porte de l'appartement abandonné. Actionner la poignée ne servirait sûrement à rien ,et c'est pour cela que Marl n'y toucha même pas, s'attelant immédiatement à défoncer cette maudite porte, cette ultime planche de bois qui le séparait du refuge. Il utilisa son épaule encore intacte, et à cause de se fatigue, ne réussit à l'ouvrir qu'au bout du deuxième coup, dans un fracas plus grand qu'il ne l'aurait voulu.

Il poussa la porte, qui tomba contre le mur - pas solide, moins que la porte d'entrée en tout cas - et avança d'abord dans un couloir poussiéreux, sombre, ayant pour seule source d'éclairage la lumière provenant du couloir reliant à l'escalier. Il entra dans la pièce suivante, vide, un mince filé de lumière filtrant des interstices entre les volets. Ca sentait le renfermé.

Marl alla ouvrir les fenêtres pour aérer un peu, les volets pour observer la rue, et alla s'asseoir dans un coin de la pièce. Puis il songea à la proposition de Roupille, et , tout en essayant tant bien que mal de faire stopper le sang coulant de son nez, il demanda à le jeune femme:
"Au juste, comment t'appelles-tu?"

[Hrp: Désolé du temps de réponse, j'étais dans un grand creux d'inspiration...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Mer 5 Oct - 9:39

L'appartement est vieux, poussiéreux mais il y fait sec et l'air renfermé ne demande qu'à y être renouvelé. La jeune herboriste s'appuie contre la porte pour la refermer autant que possible et souffle.

Pendant que Marl s'active côté fenêtre, Roupille, elle, se dirige directement vers le coin cuisine. Le robinet de l'évier fendu crachote un moment mais il finit par libérer un jet d'eau brunâtre en éclaboussant la margelle. Roupille laisse les résidus de canalisation s'écouler. N'utilisant que sa main droite indemne, elle en profite pour se délester de sa besace et fourrage sous le rabat pour en tirer un carré de tissu à peu près propre qu'elle coince entre ses dents pendant qu'elle se relève.

Elle revient vers le solide gaillard amoché et grimace en voyant l'état dans lequel ils sont l'un et l'autre. Enfin rien de grave à première vue… des plaies et des bosses. Rien de cassé.

- J'm'appelle Roupille et toi ? Purée t'as salement dérouillé quand même…faut nettoyer ça.

Elle retourne dans la cuisine où l'eau n'est pas encore d'une fraîche limpidité mais... ça fera l'affaire. Elle commence par y passer sa main blessée et se contracte au contact de l'eau douteuse sur sa plaie. Elle mouille le tissu et le presse contre sa joue en feu, ce qui lui arrache un autre grognement. Elle rince comme elle peut et passe le mouchoir à son sauveteur pour qu'il se décrasse un peu.

- Attends, je dois avoir de l'alcool…

Manière simple quand on a la flemme de fouiller, elle renverse carrément le contenu de sa sacoche sur le sol, éparpillant tubes en plastiques, comprimés, sachets indéfinissables, une brosse à dent, une culotte chiffonnée et bien entendu, clou du spectacle : le Beretta 92G huilé et lubrifié ainsi qu'une collection de cartouches indépendantes, sans marque.

- J'pense qu'on devrait être tranquille pour un moment… hsssshh vache ça lance…

Elle porte deux doigts à sa joue. Sa main blessée est encore rétractée comme un animal mort. Bon la balle a traversé la main de part en part, fracassant les os et y laissant un certain nombre de saletés au passage… y'a rien de plus sale qu'une balle… la poisse. Elle sait ce que ça signifie et ce n'est pas fait pour lui faire plaisir.

Retirant son blouson en cuir pour avoir plus de liberté de mouvement, elle désigne un petit flacon en plastique souple et présente sa main mutilée au brillant cogneur. En dessous, elle porte un simple débardeur blanc sans manche, utilitaire mais assez moulant pour garder une certaine féminité dans la silhouette.

- Ok… tu pourrais… me désinfecter… je crois que je n'aurais pas la force de faire ça moi-même.

Elle ravale sa salive. Ça va faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Marl Kinshan

Anti-Ségrégation
Anti-Ségrégation
avatar


Nombre de messages : 69
Points Compétences : 39


Identité
Métier: Vendeur en informatique.
Âge: 31 ans
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Jeu 6 Oct - 19:16

Cette odeur de poussière et d'ancienneté qui flottait dans l'air de l'appartement inoccupé se dégage progressivement, laissant lentement la place à un air plus frais et respirable, venant de l'extérieur.

Malheureusement Marl ne peut vraiment sentir le changement avec cette odeur de sang lui emplissant les narines, qu'il finit d'ailleurs par boucher avec des morceaux de tissus arrachés d'un de ses vêtements. Peu importe l'hygiène pour le coup, au pire il trouverait le moyen d'aller chez sa soeur, afin de finir les soins, et de se reposer un peu, ou plutôt beaucoup. Ou alors elle viendrait le chercher. Et puis tant pis pour la vente, tant pis pour ses activités, sa vie passe quand même avant.

Mais Marl n'en est pas à ces pensées sur se vie quotidienne. Il en est très loin, dans un appartement inconnu, avec une fille inconnue, et, salement amoché, commence vaguement à s'occuper de ses blessures, et à regarder de temps en temps à la fenêtre, pour voir ce qu'il se passe en bas, à peu près certain qu'ils n'arriveraient pas de sitôt, le temps qu'ils sachent réellement par où ils étaient partis tous les deux.

Marl se détourne alors de cette fenêtre et de ces pensées, afin de répondre à la question que Roupille lui a retourné.

"Moi, j'mappelle Marl."

Après quoi il saisit le mouchoir tendu afin de se nettoyer partiellement, et nettoyer les coups les plaies. Il examine néanmoins attentivement le contenu du sac. Il repère bien entendu le beretta - signe que cette fille devait pas être tout à fait dans la légalité avant leur rencontre (après laquelle elle l'avait totalement quittée), mais qu'importe, il n'est pas non plus un citoyen modèle - qui lui fait repenser à quelques faits précédents, notamment le sang froid dont elle a fait preuve au moment d'achever les deux flics. Visiblement, elle était habituée à tuer.

Roupille le tire de ses pensées en lui demandant de la désinfecter. Il saisit alors sa main, un peu trouée au passage, après avoir débouché le flacon, et en verse sur la blessure, des deux côtés. Puis il y repasse, et enfin en met directement dans la blessure via un autre morceau de tissu arraché au préalable.

Il la regarde et lui demande:
"Ca va comme ça? Ca va mieux?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Ven 7 Oct - 12:14

- Arrrghhhh hmmmm !!!!

Cri étouffé, à peine échappé mais la douleur crispée de la brûlure de l'alcool conduit Roupille à se prostrer en avant. Elle ferme son poing gauche et l'écrase contre l'épaule de Marl pendant qu'il désinfecte la plaie.
Ça fait un mal de gueux ! De gueux !

Pâle comme un cachet d'aspirine, elle reprend son souffle par à-coups saccadés. Sa poitrine se soulève trop vite, elle a l'impression qu'on est en train de lui cisailler la main avec une lime dentée. De la sueur perle au bout de ses cils, elle laisse rouler une larme sur sa joue empoissée de sang où quelques cheveux sont restés collés.

Et puis elle parvient à respirer.

- Ça va… ça va…

Elle agrippe encore le col de Marl d'une main complètement tétanisée tandis qu'elle considère l'autre, boursouflée et rouge écarlate suspendue devant ses yeux comme un animal mutant.

- Oh...Perséphone... J'ai mal… lâche t-elle entre ses dents.

Malgré tout, elle parvient quand même à enrouler un bandage de fortune autour de sa blessure et prend une profonde inspiration. Là collée contre ce dénommé Marl au nez maltraité, dans l'odeur musquée de sueur et de chaleur humaine, elle se sent un peu mieux.
Elle le regarde avec un demi-sourire un peu forcé et se recule doucement, laissant sans le vouloir une trace de sang sur sa chemise. Il va falloir qu'elle s'occupe aussi de sa joue. Mais pas tout de suite… nan pas d'emblée.

Roupille se ressaisit un peu, rajuste la bretelle de son débardeur et attrape un autre flacon dans son fourbi. Encore de l'alcool… mais à 40° cette fois. Et parfumé à la prune. En d'autres termes, de la gniole.
Elle peine à dévisser le bouchon métallique mais le soulagement se lit sur son visage quand elle s'en glisse une gouleyante lampée sous la langue. Le feu doux se dépose dans les parties meurtries de son organisme.

Elle passe la flasque à Marl d'un mouvement un peu sec et tremblant.

- Merci. Ça va mieux. Oh et désolée pour ta chemise…

Roupille ne fume pas mais en cet instant, ce serait sans doute idéal. Alors à la place, elle s'allonge sur le parquet gris de poussière et s'applique à contempler le plafond d'un œil trouble.
Ça ne va pas du tout. Elle a tellement mal qu'elle ne pourrait même pas hurler assez fort pour l'exprimer. L'air s'agglutine dans sa gorge, devient une sorte de boule. Elle se sent nauséeuse. En sueur, elle tremble légèrement, sa lèvre inférieure encore humide de gniole prise d'infimes frémissements.

- J'ai froid…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Marl Kinshan

Anti-Ségrégation
Anti-Ségrégation
avatar


Nombre de messages : 69
Points Compétences : 39


Identité
Métier: Vendeur en informatique.
Âge: 31 ans
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Mer 2 Nov - 20:26

Marl saisit la bouteille que lui tend Roupille et en boit une gorgée puis considère sa chemise. Rien de grave, comparé aux blessures et autres. Puis il va s'adosser contre un mur, et essuie encore machinalement son sang sur le visage. Il voit Roupille s'allonger, et entend vaguement ses paroles. Il faut qu'elle tienne, faut pas qu'elle lâche là... Encore faudrait-il pouvoir se tirer en toute tranquillité d'ici.

Il s'assied pour mieux réfléchir à une solution à ce problème. Certes, ils sont en sécurité, mais cela ne les empêche pas d'être gravement blessés, tous les deux. Son esprit commence à s'embrouiller à cause de l'épuisement. Il lui fallait juste un moyen de prévenir sa soeur, et elle viendrait, ou alors ce serait son amant, mais obligatoirement quelqu'un de confiance. Il lui fallait de quoi la prévenir...

Soudain, l'idée lui vient en tête. Marl se lève, et marche vers les affaires de Roupille. Il ne se rappelle pas avoir vu de téléphone, mais il vaut mieux vérifier. Au vue de l'absence de l'objet recherché, Marl se tourne vers Roupille, et lui dit de tenir bon. Après quoi il titube vers le couloir, et sort. Il regarde à droite et à gauche, et repère les diverses portes qui s'y trouvent. "Il y en aura bien une qui sera ouverte".
Puis il marche vers les portes, d'abord à gauche, même si marcher n'est pas le bon mot. Il trébuche une fois et manque de s'étaler de tout son long sur le palier, mais parvient tant bien que mal à se rattraper. Il regarde les escaliers en
espérant que personne ne montera jusqu'ici le temps de sa présence.

Il actionne la poignée de la première porte. Celle-ci est ouverte, il y a du monde, et il referme vite et avec toute la discrétion dont il est capable la porte. Il continue avec les portes suivantes, ne s'attardant que sur celles fermées à clé, retenant leur numéro. Au final, deux appartements sont ouverts, les autres sont fermés. Marl retourne alors à l'appartement où il a laissé sa compagne. Il ne se sent pas de défoncer d'autres portes. Il n'y arrivera plus, et de la même manière qu'utiliser son pistolet pour les ouvrir, ce serait bruyant. Ils ont eu de la chance jusqu'à maintenant, il ne faudrait pas que ça cesse.

Il arrive vers Roupille, et s'accroupit à côté d'elle en regardant son visage. Tout son plan repose sur elle maintenant. Ou elle est plutôt la solution discrète envisageable, en espérant que les propriétaires des appartements aient un téléphone. Le numéro de sa soeur coincé dans son portefeuille ferait le reste.

"Euh... Roupille? Est-ce que tu sais crocheter les serrures?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   Mer 7 Déc - 21:34

Froid, il fit si froid tout à coup… peut-être est-ce dû à cette matinée trop claire. Ce ciel trop haut et ces quelques écharpes de brumes encore accrochées à la pointe des immeubles. A moins que ce ne soit de la pollution ?
Roupille n'en sait rien, de sa position, allongée sur le dos, elle ne voit que le ciel par l'encadrement de la fenêtre. Elle a le sentiment confus qu'elle pourrait bien y monter sous peu. S'évaporer, elle aussi, et rejoindre Perséphone. C'est idiot, elle n'est jamais qu'à peine égratignée, mais le mélange d'alcool et de chute d'adrénaline la pousse aux confins de son petit univers personnel. Là où la barque chavire, coquille de noix, et flirte avec les bords de l'eau. Mauvais temps pour aborder l'inconnu. Triste idée que de tutoyer les nuages quand on a la tête dans les vapes.

L'herboriste pétrifiée réalise alors qu'elle s'est assoupie lorsque Marl vient lui demander quelque chose. Elle sursaute, ravale un filet de salive et tousse. Elle a encore plus froid !

Compulsivement, elle s'accroche à nouveau à cette chemise malmenée et enfouit son visage dans la chaleur masculine de son compagnon d'infortune.

- Ne me laisse pas s'il te plaît. Je… ne me sens pas bien.

Et puis elle comprend qu'on vient de lui poser une question. Dans son esprit embrouillé, le point d'interrogation finit par trouver sa place. Roupille respire. Roupille se concentre et contracte ses paupières mi-closes.

- Crocheter ? Non, non, je ne sais pas faire. Mais tu peux pas enfoncer la porte ? Comme ici ?

Elle ne comprend pas où veut en venir ce brave gaillard. Ils ont déjà un abri. Qu'est ce qu'il leur faut de plus ? A tout trac, elle lui demande du bout des lèvres, frissonant comme un oiseau tombé du nid. Elle ramène sa main bandée de frais contre son cou et se caresse doucement le menton du bout des doigts.

- Qu'est ce que tu veux faire Marl ? On est pas bien là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Passe la monnaie [Marl]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Passe la monnaie [Marl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?
» Pour comprendre ce qui se passe en Haiti.
» QU'EST-CE QUI SE PASSE EN GUADELOUPE?
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Children :: Carképolis, la capitale :: La Vieille Cité :: La Cathédrale Ste Supplice-
Sauter vers: