Partagez | 
 

 Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur Adams

Section Spéciale
Section Spéciale
avatar


Nombre de messages : 10
Points Compétences : 14


Identité
Métier: Membre de la Section Spéciale
Âge: 29ans - 02/08/2045
ID :

MessageSujet: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Ven 13 Mai - 13:42

Café dans la main gauche, Voix Légale dans la droite, Arthur – ou Enric Thomas devrais-je dire – se fondait parfaitement dans la masse en cette heure de pointe. Debout dans le métro, parvenant à garder son équilibre sans renverser sa boisson par je ne sais quel miracle, il s'amusait à comparer les visages des gens, cherchant lequel avait l'air le plus renfrogner. Auraient-ils été en plein concours de celui qui tire le plus la gueule, le spectacle aurait été sensiblement le même. Même les plus jeunes semblaient se prêter au jeu. Ingrats incapables de voir tout ce que l'empire leur apportait.

Il se lassa rapidement de ses observations, et ne fut pas mécontent de quitter sa rame de métro pour gagner le centre ville. Quelques rumeurs avaient circulé à propos d'une possible attaque terroriste. De simples rumeurs, mais à Carképolis, malheureusement, les rumeurs avaient tendance à se concrétiser un peu trop souvent. Et qui dit terroriste dit bien souvent draiochtan. Ces nuisances semblaient particulièrement enclin à la lutte contre l'empire. Vivement le jour où tous seraient enfermés et exterminés.

Terminant la dernière goutte de son café, Arthur jeta le verre dans la première poubelle venue, et prit la direction du marché couvert. Pourquoi le marché couvert ? Simplement parce que c'était le meilleur endroit pour grappiller des informations. Fondus dans la masse, certains imprudents se croyaient protégés des oreilles indiscrètes, pensant que leurs paroles seraient couvertes par les hurlements de la poissonnière ou du boucher, et il arrivait qu'Arthur découvre là-bas des nouvelles importantes.

D'un geste vif, il réajusta une mèche de cheveu qui semblait vouloir prendre quelque liberté excessive, avant de fendre la foule de consommateurs guettant les différentes offres du jour. Quant à l'agent de la Section Spéciale, il laissait traîner ses oreilles, attentif à tout propos suspect.
En apparence interdit devant le prix exorbitant de la botte de blettes, et en même temps qu'il se permettait une remarque désobligeante à l'égard du marchand, il essayait de discerner la conversation de deux hommes non loin de là. Deux civils sans importance. Protestations terminées, il s'éloigna et s'intéressa à un étale de fromage, attira par un couple qui semblait peu crédible.

Il poursuivit ainsi pendant quelques temps, et ses efforts furent récompensés. Ce ne fut pas un mot déplacé qui attira son attention, mais un enfant.
C'était une gamine d'une douzaine d'années, dépenaillée. Elle était dissimulée entre deux étales, d'une discrétion étonnante. Dès que quelqu'un suffisamment près sortait son porte monnaie, quelques pièces apparaissaient miraculeusement dans les mains de la petite, qui glissait son butin dans une petite course au cuir élimé avant d'observer de nouveau les passants. Étrangement, elle ne téléportait dans ses mains – puisqu'il devait s'agir de ça – uniquement des pièces, jamais un billet ou quelque chose à manger. Et à chaque fois qu'elle faisait usage de son pouvoir, elle essuyait le sang qui coulait de son nez.

* Saleté de petite draiochtan... *

Sale petite voleuse, hérétique. Il s'approcha d'elle, et d'un geste rapide, se baissa et lui attrapa le poignet alors qu'elle venait de voler de nouvelles pièces. Quelqu'un sembla lancer à Arthur un regard réprobateur avant de le voir ouvrir de force la main de l'enfant pour en prendre les pièces.

« Sale petite voleuse ! C'est direction le commissariat ! »

Il avait adopté l'attitude typique de l'individu lambda qu'on vient de dépouiller ; et évidemment, l'enfant se mit à protester, mais à chaque supplication ou protestation, Arthur rétorquait qu'une voleuse de son genre ne méritait rien de mieux, et qu'elle aurait mieux fait de réfléchir à ce qu'elle faisait avant de chaparder.

Il éloigna la fillette du marché, ignorant ses pleurs, la traînant jusqu'à une ruelle calme. Une fois à l'abri du regard de tous – ou presque – il lui retourna deux soufflets, un pour chaque joue, avant de la précipiter à terre.

« Tes pleurs m'énervent, ferme la. Maintenant, petite pleurnicharde, je veux savoir ton nom, ton adresse, et qui d'autre dans ta famille est draiochtan. Et je te préviens, je ne suis pas très patient. »

Il s'était alors accroupi près d'elle, saisissant son poignet d'une main pour qu'elle ne s'échappe pas, son menton de l'autre pour la forcer à le regarder. S'il parvenait à récupérer une famille complète de draiochtans clandestins, il aurait gagné sa journée.


Dernière édition par Arthur Adams le Mar 17 Mai - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Dim 15 Mai - 7:52

Pour trouver des médicaments dans une ville de malades, il faut se lever de bonne heure. Et quand en plus ces médocs sont du genre… définitif, ça complique l'affaire.
Mais avec le nom adéquat, quelques mots susurrés dans le creux d'une oreille sale et une franche poignée de main garnie de lucres, il est possible de se faire ouvrir la voie de l'apothicairerie secrète de Carképolis. Celle qui vend des pastilles contre la toux du thorax. Celle qui refourgue les remèdes chinois à base de poudre et de métal. Celle qui disperse silencieusement les restes d'un pouls égaré.

Bref, on l'aura compris, se procurer des munitions dans cet empire mégalo-autoritaire, c'est pas la panacée. Et c'est justement ce que médite Roupille, en vadrouille dans le marché tandis qu'elle soupèse dans sa poche, le sachet en plastique contenant une demi-douzaine de gélules de 9mm.
Elle n'est pas totalement certaine de leur qualité. Quand on joue dans l'illégal, les dés sont toujours pipés et les balles… parfois faussées. Elles peuvent aussi sûrement exploser dans la chambre, faire long feu, partir en petits copeaux de métal et parfois même filer en parabole imprévisible.

Rien n'a jamais été aussi incertain que d'user d'une arme à feu non répertoriée. Mais la jeune fille a maintenant assez d'expérience en la matière pour arriver à faire le tri. Elle sait qu'elle devrait arrêter. On ne peut pas passer sa vie à vendre des pommades pour se payer sa dose de poudre. Et il ne s'agit pas de cocaïne.

Mais elle ne peut pas. C'est tout. Elle le sait, elle s'en mord les lèvres mais c'est ainsi. Elle aime ça.

Passant entre deux épaules molles, Roupille se fraie un chemin un peu plus profondément dans le marché couvert, indifférente aux odeurs, aux appels et aux contacts rapprochés avec la foule. Elle foule le béton tâché d'un pas absent, quelques mèches lui tombent dans les yeux, tirant un rideau sombre devant les étals aux légumes trop colorés. La musique de son mp3 l'isole du monde. Elle est encore dans cet ailleurs qui n'appartient qu'à elle.

Et pour le moment, elle cherche un coin tranquille pour séparer le bon grain de l'ivraie. Les Carképoles sont remarquablement moutonnés du bulbe mais il y en aurait certainement pour sourciller un peu si elle s'installait sur un banc public pour inspecter ses munitions nouvellement acquises.

Avisant du coin de l'œil une venelle prometteuse, elle décide de s'y laisser glisser en coupant quelques trajectoires de bonnes mémères qui cahotent, rivées à la poignée de leur cabas à roulettes.

Odeur pas vraiment encourageante, lumière sale, poubelles. Parfait. Personne n'ira fourrer son nez là dedans. Avec une petite mimique satisfaite, elle s'engage d'un pas nonchalant dans la ruelle. Personne, c'est parfait !
Elle s'accroupit derrière une benne et tire le sachet de sa poche. Puis, de sa besace fatiguée, elle extirpe un carré de tissu blanc sur lequel elle entreprend de disposer les munitions.
Elle se livre à la passionnante activité qui consiste à vérifier le calibre des balles lorsque des sons incongrus lui parviennent.

Un dispute ? Non, des claques. Des pleurs. Et… bon sang on ne peut jamais être tranquille. Sur un soupir, Roupille replie le torchon à la va-vite et empoche le tout. Elle glisse un œil par-dessus le bac et entrevoit alors la cause de la perturbation.
Un homme, apparemment élégant… sans doute un de ces businessmen. Et la môme, rien à voir. Sale petite moucheronne qui se serait grillée les ailes. Le ton monte, il la menace.

- Le fils de pute, murmure Roupille entre ses dents.

Evidement qu'elle prend parti pour cette petite errante qui lui rappelle trop bien ce qu'elle-même a enduré à son âge. Evidemment qu'elle déteste déjà ce costard trop propre et cette coupe de cheveux trop régulière, trop équilibrée.
Ce type incarne la propreté stérile d'un monde plastique.

Et ce type est probablement parfaitement conscient que la société lui autorise ce genre de chose. Qu'il a le droit d'user de sa perfection de cette manière. Qui lui reprochera de s'en prendre à une insignifiante loqueteuse déguenillée ?
Roupille se rencogne derrière la benne et réfléchit un court instant. Elle pourrait lui faire sauter la poire, là tout de suite. Oui mais ce serait une exécution sans saveur et en plein jour.

Elle serre le poing et regarde ses phalanges blanchir. Elle n'est pas dans le bon état d'esprit. Et de toute façon qu'est ce que ça changerait ? Ce genre de type, il y en a partout.

- Laisse tomber…

Elle se relève donc avec l'intention de se tirer d'ici discrètement mais se faisant, elle heurte un de ces innombrables objets quelconques qui rend un son assez bruyant pour attirer l'attention des deux autres. Elle grimace. Très bien Perséphone, qu'il en soit ainsi !

Elle pivote sur les talons et s'avance donc tranquillement vers la scène. Sans se presser non, juste pour lui faire sentir que quelqu'un est là. Que la petite intimité dont il croyait jouir est brisée. Puis arrivée à cinq pas, elle s'arrête. Elle ne dit rien. Elle reste là à fixer l'homme d'un regard qui pourrait être neutre s'il n'était pas aussi brûlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Arthur Adams

Section Spéciale
Section Spéciale
avatar


Nombre de messages : 10
Points Compétences : 14


Identité
Métier: Membre de la Section Spéciale
Âge: 29ans - 02/08/2045
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Mar 17 Mai - 8:25

Les pleurs de l'abominable petite chose redoublèrent, portant à son paroxysme le mépris et l'exaspération d'Arthur. Ce n'était pas des larmes qu'il voulait, mais un nom ; et ce bruit incessant lui meurtrissait les oreilles. Il remonta la main qui tenait la mâchoire de la petite pour la place sur sa bouche, étouffant les couinements de l'enfant, la plongeant dans une panique redoublée.

« Je t'ai demandé d'arrêter de pleurer. Ton nom de famille, c'est tout ce que je veux, ensuite tu pourras partir. »

Il libéra alors la bouche de la petite, ne cherchant pas à se montrer particulièrement rassurant, ni menaçant pour autant. De toute façon, qu'elle lui donne l'information voulue ou non, le résultat serait le même. Maintenant qu'il la tenait, il trouverait facilement les autres. Elle le comprenait sans doute puisqu'elle ouvrit la bouche pour parler, avant de s'interrompre brusquement, coupée par le son d'un objet qui se fracassait à terre.

La tête du membre de la SS se tourna immédiatement en direction du son, son regard tomba sur la jeune femme qui s'avançait vers eux. Quelle imprudence, il n'avait pas songé à vérifier que la ruelle était effectivement déserte. Tant pis pour cette fille.
Il se redressa sans lâcher le poignet de la draiochtan qui fut forcée de suivre le mouvement et de se remettre debout. Il soutint paisiblement le regard assassin qui lui était jeté, avant de laisser fleurir un sourire moqueur sur ses lèvres. Elle voulait jouer les héros ? Eh bien, eh bien ! Un peu d'action ne pouvait faire de mal à personne.

« Section Spéciale, lâcha-t-il en sortant de sa poche son insigne. Vous feriez mieux de quitter les lieux. »

Sa voix restait posée, et pas un brin de menace ne transparaissait. L'autorité souveraine à l'état pur ; le ton de celui qui se sait supérieur et n'a donc pas besoin de se rendre plus impressionnant qu'il n'est. Bienvenue au pays de l'arrogance. Aucune visite guidée aujourd'hui mais vous pouvez découvrir tout ça librement !

Il ne concevait pas un instant que l'on puisse tenter de remettre en question son autorité, et ne chercha même pas à se mettre sur la défensive ou à prendre son revolver, précaution inutile. Et puis, pourquoi craindrait-il une civile, une femme qui plus est ? Il ne jugeait même pas utile de l'arrêter si elle fichait le camp.

« Ce n'est pas parce qu'il s'agit d'une enfant qu'elle mérite plus de compassion. L'hérésie doit être écrasée. Je n'ai pas de temps à perdre avec vous. »

Les hoquets de la fillette continuaient encore, et Arthur se détourna de la jeune femme – qui de toute façon ne l'intéressait plus puisqu'elle allait quitter les lieux, hein – et lança un regard sombre à l'enfant. Une fois que l'autre aurait déguerpit, il comptait bien lui tirer les vers du nez avec moins de ménagements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Mer 18 Mai - 7:07

Hérésie ? Roupille a déjà entendu ça plusieurs fois à propos du culte de Perséphone. Mais là, il est évident qu'il s'agit d'autre chose. Le mal qui fait dresser la pilosité des autorités ; les draiochtans. Sans le vouloir peut-être, cette incarnation en costard embaumé d'après-rasage vient de lui fournir plusieurs informations sans qu'elle-même n'ait à en monnayer une seule.

Sauf que bien sûr, le fait qu'il soit de la Section Spéciale implique sans doute que Roupille devrait rétracter ses griffes et tirer sa révérence avant que ça tourne au vinaigre. Elle ne connaît pas cette division supplémentaire mais l'empire a l'art et la manière de multiplier les méandres de son pouvoir exécutif. Ce type est probablement lié à la police… Mais sans chercher si loin, en cas de confrontation ouverte, les flics se rangent toujours côté cravate.

Merde. Roupille se mord la lèvre encore une fois. Il faut prendre une décision rapidement parce que lui, ne s'embarrasse pas tellement d'hésitation. Voilà qu'il consacre à nouveau son attention à la fillette terrorisée.
Et ce seul dédain, cette manière de traiter les gens comme des plis sur son pantalon (un bon coup de fer et on en parle plus), suffit à dégonder la jeune fille.
Elle sait qu'elle ne devrait pas se risquer à se faire connaître mais l'impulsion vient de cadenasser sa raison dans une pièce obscure et profonde d'où elle n'est pas prête de se faire entendre.

Loin de s'éloigner comme le ferait tout bon carképole, Roupille avance encore. Elle se force à respirer lentement même s'il est évident qu'elle transpire de nervosité par le moindre pore de sa peau. Elle se raccroche à sa besace comme à une ligne de vie, crochetant ses doigts autour la lanière fatiguée au point d'en arracher des petites bouloches de cuir.

Elle avance, encore, un pas, jusqu'à se trouver juste à côté de l'agresseur officiel et de sa victime. Elle ne s'interpose pas vraiment mais elle est maintenant assez proche pour entrer dans la zone "gênante". Celle qui fait rougir, celle qui fait prendre ses distances. Elle aurait envie de prendre ses jambes à son cou. Ce type a l'air tellement sûr de lui. Tellement convaincu de sa puissance technocratique… Elle se racle la gorge :

- Pardon, je ne voudrais pas vous déranger mais… je connais cette fillette. Je sais où elle habite.

Elle tente un demi-sourire. Pas convaincant. Roupille n'est pas très à l'aise avec les mensonges, avec les hommes en costard et avec les Draiochtans. Autant de raisons de gargouiller de l'estomac. Alors pourquoi elle tente le coup ?

Peut-être par solidarité féminine. Ou bien parce que parfois, dans ce monde ivre d'individualisme, il faut oser franchir le rideau de fer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Arthur Adams

Section Spéciale
Section Spéciale
avatar


Nombre de messages : 10
Points Compétences : 14


Identité
Métier: Membre de la Section Spéciale
Âge: 29ans - 02/08/2045
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Mer 25 Mai - 10:55

Surpris de la réaction de la civile qui venait le gêner dans son travail, il se tourna de nouveau vers elle, inexpressif, avant de glisser sa main gauche à l'intérieur de sa veste. Il range son insigne, et part en quête de son arme – un sublime HK45T de calibre .45, entretenu avec amour et super efficace parce que c'est allemand, et que la mécanique allemande ça roxx du poney (merci Nicolaï) – dont il saisit la crosse sans pour autant dégainer trop vite. Risquer une bavure serait mauvais pour son avancement, vous comprenez.

Ses doigts entre en contact avec le pistolet en même temps que la voix de la civile se fait entendre. Elle connaît son adresse ? Pourquoi la fillette avait-elle eu un hoquet de surprise ? Si elle l'avait connue, n'aurait-elle pas réagit plus tôt ? Arthur lui lança un regard discret et put apercevoir l'expression de terreur de l'enfant. Une connaissance dont elle n'attendait pas une telle trahison ? Ou bien elle ne savait pas que cette femme la connaissait et craint pour sa famille maintenant ?

La gêneuse n'a pas l'air sereine non plus, mais ce n'est pas surprenant outre mesure. Après tout, un sait tous que le moucheron contre le lion n'a aucune chance. Méfiant, Arthur sort sa main désarmée, et décide de jouer le jeu. Après tout, il n'a pas encore perçu d'agressivité mis à part dans le premier regard reçu. Il était stupide de s'inquiéter pour si peu.
L'ombre d'un sourire apparut sur son visage, feignant la satisfaction de la voir coopérer.

« Il fallait le dire plus tôt ; vous pouvez donc m'y conduire tout de suite ? »

La question ne sonnait pas vraiment comme une question : il avait dit ça comme s'il s'agissait d'une évidence, sous-entendant par là qu'elle n'avait pas vraiment le choix. Il sentit en même temps la fillette qui essayait de toute ses forces de dégager son poignet, et Arthur lui tordit sans ménagement le bras pour la faire tenir tranquille – et hop, coup de fer à repasser ! - la déplaçant entre son interlocutrice et lui par inadvertance. Au moins, si l'autre avait une poussée de folie qui lui donnerait des envies de rébellion, elle y réfléchirait à deux fois avant de mettre en pratique – ou pas.

« Les Dieux sauront vous récompenser pour votre coopération contre ceux qui les menacent. J'aurais également besoin de vos papiers d'identité. »

Il était prêt à la suivre sans crainte, persuadé qu'elle était de toute façon trop terrorisée pour faire quoi que ce soit, mais il n'était pas complètement incompétent, et le contrôle de l'identité était la moindre des mesures, même s'il savait qu'il n'était guère difficile de se procurer de faux papiers lorsqu'on sait où chercher.

Il lâcha seulement à ce moment le bras de l'enfant. Il était peu probable qu'elle essaye de s'échapper de toute façon, elle devait bien se douter que si elle tentait une telle ânerie, elle allait se retrouver avec une balle dans la tête fissa.

Maintenant, suivons le guide !

[Tu peux partir du principe que si Roupille décide de balader Arthur en ville, il la suivra. Et si elle essaye de le feinter... il est qu'à moitié sur ses gardes ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roupille Hirondelle

Citoyen de l'Empire
Citoyen de l'Empire
avatar


Nombre de messages : 116
Points Compétences : 33


Identité
Métier: Herboriste
Âge: 26
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Sam 28 Mai - 17:20

Prise d'un instant de doute, Roupille hésite sur la suite des évènements. Son regard oscille entre la silhouette pétrifiée de cette pauvre gamine et le profil sec de son impitoyable interlocuteur.

Ses papiers ?? Mais pourquoi il veut ses papiers ? C'est quoi cette manie qu'ont les autorités de toujours vérifier, contrôler, revérifier, emprisonner, questionner et finalement autoriser, peut-être, en partie, à respirer ?

Roupille baisse les yeux :

- Heu… oui… un instant.

Sa main glisse sur la crosse froide de l'arme qu'elle vient tout juste de recharger. Ses doigts effleurent le kevlar crénelé, la tentation de dégainer s'arrondit comme une boule de lave qui lui brûle les nerfs. Elle la caresse, laisse le délicieux picotement délictueux envahir la pulpe de ses doigts. Elle flatte le serpent maudit. Deux secondes. Le canon sous le nez et presser la détente. Blâm ! Un trou fumant gargouillant du sang noir des technocrates sur son visage trop propre !
C'est un doux fantasme mais finalement elle décide de laisser fuir le reptile. Plus tard, peut-être. A la place donc, elle récupère une carte d'identité plastifiée qu'elle présente avec nonchalance à l'agent de la SS.

- Roupille Hirondelle, complète t-elle avec le ton gris des âmes creuses qui remplissent les rues de la cité. Puis avec une ébauche de sourire timide. Et vous ?

Elle n'a pas eu le temps de lire quoique ce soit sur la plaque qu'il a produite rapidement. A vrai dire, ce type pourrait être un truand ce faisant passer pour un flic. Et dans un sens, ça serait préférable. C'est-à-dire… les mafieux, au moins, on sait à quoi s'en tenir avec eux non ?

- Si vous voulez, je vais vous conduire chez la petite, c'est pas très loin.

Elle rabat une mèche de cheveux et s'engage dans la direction opposée au marché. Dans les méandres tortueuses de ces vieilles rues pavées d'ancienneté.

Elle ne sait pas trop comment faire. Elle improvise. Pourvu que la fillette ne l'ouvre pas ! Roupille entraîne l'agent un peu au hasard. A un moment elle hésite à une intersection et tourne à droite. Puis une volée de marches, une petite passerelle et finalement, elle s'immobilise face au porche d'un immeuble quelconque.

- Voilà, c'est là…

Evidemment, ce n'est pas là. Mais bon.
Elle avance vers la porte et appuie sur une touche de l'interphone au petit malheur la chance en espérant qu'il n'y aura personne à l'autre bout !

La tonalité s'égraine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Murmures

Dirige vos Vies
Dirige vos Vies
avatar


Nombre de messages : 8
Points Compétences : 17


Identité
Métier: Vous guider
Âge: Éternel
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Sam 28 Mai - 17:25

jets de dés pour intervention de Murmures:
 

La petite d'abord soulagée par l'irruption de cette jeune femme dans son cauchemar passe rapidement du désarroi à la haine brûlante. Les adultes !! Elle veut la donner ! Elle aussi !
La petite frimousse se contracte dans une mimique de rage pure, la plus cruelle car totalement inoffensive de la part d'une fillette chétive. L'homme dur le lui rappelle dès qu'il en a l'occasion en malmenant son bras. Est-ce que son épaule va craquer ? Entre ses larmes, elle tente de contenir sa trouille. Pourquoi ?

Et finalement, la traître emmène son brutaliseur chez "ses parents". Elle ne comprend pas. Elle n'a pas de parents… qu'est-ce que ça veut dire ? Mais peut-être qu'elle connaît Pippo. Ou Dèla ? Elle connaît peut-être ces gens qui la nourrissent (parfois), la protègent (rarement), lui donnent des taloches sur la tête (souvent) et elle les prend pour ses parents !!
Mais son désarroi augmente lorsque la femme les entraîne dans un endroit qu'elle ne connaît pas du tout. C'est faux ! C'est faux ! Elle n'habite pas ici !

Et avant même de réfléchir à ce qu'elle va faire, la fillette tente de se dégager frénétiquement et se met à piauler :

- ELLE MENT ! ELLE MENT !

A cet instant, l'interphone grésille, une voix impersonnelle répond par la formule classique :

- Oui ? Qu'est ce que c'est ?

___________________________


Dernière édition par Murmures le Sam 28 Mai - 17:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revolution

Créateur de toutes choses
Créateur de toutes choses
avatar


Nombre de messages : 254
Points Compétences : 34


Identité
Métier: Dieu Tout-Puissant
Âge: Éternel
ID :

MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   Sam 28 Mai - 17:25

Le membre 'Murmures' a effectué l'action suivante : Lancé de dés

'Hasard' :

___________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.twilight-children.net
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille   

Revenir en haut Aller en bas
 

Règle #1 : Toujours vérifier ses arrières - Roupille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Toujours vérifier le col de sa chemise ...
» "Toujours penser à surveiller ses arrières"
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Règle sur la bataille navale.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight Children :: Carképolis, la capitale :: Le Centre :: Les Rues et Ruelles-
Sauter vers: